Dr Gabor Lantos : Lettre de présentation de la technologie ionique réduisant les risques de virus et d’agents pathogènes respiratoires en suspension dans l’air

Dr Gabor Lantos MD.P.ENG.MBA Chef des services de gestion de la santé au travail Inc. Toronto, Barries, Londres, Vancouver

Attention! Ce document est une traduction automatique Google. Nous vous avons mis la version en originale en anglais sous de la version en français. Vous trouverez aussi le lien pour accéder à la version originale.

Version traduite en français avec Google Traduction :

Cher M. Weinberg,

Vous m’avez demandé mon avis professionnel concernant l’utilisation potentielle des purificateurs d’air ioniques Wein Air Supply comme auto-protection d’appoint pour les travailleurs de la santé et pour d’autres personnes qui pourraient être en contact au virus du SRAS ou d’autres agents infectieux.

En tant que consultant en santé au travail dans de nombreux hôpitaux d’enseignement de Toronto, j’ai beaucoup contribué à contenir les récentes éclosions de SRAS. J’ai aussi présenté des soumissions privées et publiques à la Commission ontarienne d’enquête sur l’introduction et la propagation du SRAS en Ontario ( SARS COMISSION lien 1 SARS COMISSION lien 2 ma propre soumission du 17 Novembre commence à la page 165 de la transcription).

Pour les raisons qui suivent, mon opinion professionnelle, à la fois en tant qu’ingénieur professionnel et en tant que médecin du travail, est que la taille de la pièce et le purificateur d’air porté au cou peuvent également être un avantage significatif pour atténuer les risques du SRAS, tout comme d’autres agents pathogènes courants tels que les coronavirus «rhume», la tuberculose et la grippe A et B.

Les connaissances médicales actuelles sur le SRAS ne sont pas adéquates pour la prévention, et ne sont pas fiables pour le traitement. Les moyens immunoprophylactiques n’existent pas encore et les premiers essais thérapeutiques concernant les personnes atteintes se sont avérés inefficaces et même nocifs. Jusqu’à ce que des immunisations et / ou des thérapies efficaces soient développées et facilement disponibles, l’accent doit être mis sur les mesures préventives.

Le succès de l’endiguement des flambées de SRAS reposait sur des interventions de santé publique, des contrôles environnementaux et des équipements de protection individuelle. Les politiques et procédures traditionnelles de contrôle des infections étaient insuffisantes. Selon une publication récente du CDC (Emerging Infectious Diseases Vol. 9, No. 10, octobre 2003): «Pour prévenir la propagation du SRAS, nous avons mis en place des précautions respiratoires et de contact strictes».

L’enquête de l’Organisation mondiale de la santé sur les appartements Amoy Garden de Hong Kong a révélé comment l’infection se propageait via des courants d’air interconnectés dans tout le bâtiment.

La justification de l’utilisation des purificateurs d’air ioniques est que l’émission d’ions réduit la concentration de particules en suspension dans l’air. Les agents pathogènes en aérosol et les gouttelettes en suspension dans l’air se chargent et précipitent sur les surfaces proches: ne doivent plus être inhalées. Les premières études menées par le Département de microbiologie de l’UCLA ont simulé les caractéristiques du flux d’air de la respiration humaine, «imitant l’utilisation réelle» de l’instrument porté par le cou. Ils ont montré une réduction «uniformément reproductible» de 90% des bactéries en suspension dans l’air. Dr Spira, le directeur médical, grâce aux expériences que nous avons menées, les résultats suggèrent que nous pourrions réduire considérablement le risque de pneumonie, en particulier ceux contractés dans les hôpitaux.

Cette dernière affirmation est particulièrement remarquable étant donné qu’au moins la moitié des cas de SRAS à Toronto ont été contractés dans des hôpitaux (nosocomialement).

 Des recherches ultérieures menées à la Division of Environmental and Industrial Hygiene / Health Related Aerosol Studies du Centre médical de l’Université de Cincinnati ont été publiées dans le Journal of Aerosol Science Vo.32, SI, septembre 2001, puis présentées à la Conférence européenne sur les aérosols en Allemagne. Il a été constaté qu’en fonction de la taille des particules, du temps de fonctionnement et d’autres variables, de 79 à 97% des particules étaient éliminées de l’air ambiant. Cette gamme de tailles comprend des particules de bactéries, de moisissures et de virus. Les études les plus récentes de l’été 2003 par les auteurs principaux Drs. Grinshpun et MacKay ont montré que si un masque chirurgical réduit à lui seul de 75% le nombre total d’organismes inhalés, la combinaison d’un masque chirurgical et du purificateur d’air ambiant VI3500 Vortex * a entraîné une réduction de 99,5% des particules infectieuses inhalées. 

Les respirateurs (masques) et les purificateurs d’air ioniques utilisés ensemble ont créé un   système synergique . Non seulement le purificateur d’air réduit la concentration en amont des particules, mais il améliore également les performances de filtrage du respirateur car les particules chargées sont filtrées plus efficacement que les particules électriquement neutres. Il existe des difficultés bien connues avec l’approvisionnement, la sécurisation, l’ajustement et le port des N95. L’efficacité d’un masque chirurgical standard associé à un purificateur d’air ionique est égale ou supérieure à celle d’un N95 seul.

La réduction de la concentration de particules en suspension dans l’air réduit le risque d’infection. Selon Nardel EA et Macher JM, (Respiratory Infection Transmission and Infection Control Chapter 9, Bioaerosols: Assessment and Control ACGIH 1999) «le nombre attendu de cas parmi un nombre donné de personnes sensibles est proportionnel à la concentration moyenne de noyaux de gouttelettes d’infection dans une pièce, et la probabilité que les particules soient inhalées ».

En résumé, mon opinion professionnelle est que l’utilisation du purificateur d’air seul, ou dans des environnements à haut risque en complément des masques, des respirateurs et autres EPI, réduira considérablement le risque de contracter des infections aéroportées.

– Dr Gabor Lantos P.Eng MBA MD

MÉDECIN DU TRAVAIL ET INGÉNIEUR PROFESSIONNEL
PRÉSIDENT: OHMS

* Ce document concernait à l’origine le VI2500 Vortex, Wein Products, Inc.

Version anglophone :

Dr. Gabor Lantos Introductory Letter for Ionic Technology Reducing Risks of Airborne Respiratory Pathogens and Viruses

Dr. Gabor Lantos MD.P.ENG.MBA Head of Occupational Health Management Services Inc. Toronto, Barries, London, Vancouver
Dear Mr. Weinberg:

You have asked me for my professional opinion regarding the potential use of the Wein Air Supply Ionic Air Purifiers as adjunctive self-protection for healthcare workers and for other individuals who might be contacts of the SARS virus or other infectious agents.

As an Occupational Health consultant to many of Toronto’s teaching hospitals I have been much involved with containing the recent SARS outbreaks and have made both private and public submissions to the Ontario Commission to Investigate the Introduction and Spread of SARS in Ontario (SARS COMISSION lien 1 SARS COMISSION lien 2 My own submission of November 17th begins on page 165 of the transcript).

For the reasons that follow, it is my professional opinion, both as a professional engineer and as an occupational physician, that both the room-size and the neck-worn air purifier can be of significant benefit in mitigating the risks from SARS, as well as from other common airborne pathogens such as the “common cold” coronaviruses, tuberculosis, and Influenza A & B.

Current medical knowledge about SARS is not adequate for prevention and is not reliable for treatment. Immunoprophylactic means do not yet exist and early therapeutic trials for the afflicted have been ineffective and even harmful. Until such time as effective immunizations and/or therapies are developed and readily available, the emphasis must be on preventative measures.

The successful containment of the SARS outbreaks was predicated on Public Heath interventions, Environmental Controls, and Personal Protection Equipment. Traditional Infection Control policies and procedures were insufficient. As per a recent CDC publication (Emerging Infectious Diseases Vol. 9, No. 10, October 2003): “To prevent the spread of SARS we implemented strict respiratory and contact precautions”.

The World Health Organization’s investigation of Hong Kong’s Amoy Garden Apartments revealed how the infection was spread via interconnected airstreams throughout the building.

The rationale for the use of Ionic Air Purifiers is that ion emission reduces the concentration of airborne particles. Aerosolized pathogens and contaminated airborne droplets become charged and precipitate on nearby surfaces: no longer to be inhaled. Early studies conducted by the UCLA Department of Microbiology simulated the airstream characteristics of human breathing, “mimicking real-life usage” of the neck-worn instrument. They showed a “consistently reproducible”, 90% reduction of airborne bacteria. Dr. Spira, the medical director, by virtue of the experiments we have conducted, the results suggest that we could significantly reduce the risk of pneumonia especially those contracted in hospitals.

This last statement is particularly noteworthy given the fact that at least half of the SARS cases in Toronto were acquired in hospitals (nosocomially).

 Later research conducted at the University of Cincinnati Medical Center’s Division of Environmental and Industrial Hygiene/Health Related Aerosol Studies were published in the peer-reviewed Journal of Aerosol Science Vo.32, SI, September 2001, and subsequently presented at the European Aerosol Conference in Germany. It was found that depending on particle size, operational time, and other variables, anywhere from 79-97% of particles were removed from room air. This size range includes particles of bacteria, molds, and viruses. The most recent Summer 2003 studies by the lead authors Drs. Grinshpun and MacKay showed that whereas a surgical mask alone reduces by 75% the total number of inhaled organisms, the combination of a surgical mask and the VI3500 Vortex* room air purifier resulted in a 99.5% reduction of inhaled infectious particles. 

Respirators(masks) and ionic air purifiers used together created a  synergistic system. Not only does the air purifier reduce the upstream concentration of particles, but it also enhances the filtering performance of the respirator because charged particles are more effectively filtered than are electrically neutral ones. There are well known difficulties with the sourcing, securing, fitting, and wearing of N95’s. The effectiveness of a standard surgical mask together with an ionic air purifier is equal to or greater than that of an N95 alone.

Reducing the concentration of airborne particulates reduces the risk of infection. As per Nardel E.A., and Macher J.M., (Respiratory Infection Transmission and Infection Control Chapter 9, Bioaerosols: Assessment and Control ACGIH 1999) “the expected number of cases among a given number of susceptible persons is proportional to the average concentration of infection droplet nuclei in a room, and the probability that the particles will be inhaled”.

In summary, it is my professional opinion that the use of the air purifier alone, or in high risk settings as adjuncts to masks, respirators, and other PPE, will significantly reduce the risk of contracting airborne infections.

— Dr. Gabor Lantos P.Eng MBA MD

OCCUPATIONAL PHYSCIAN & PROFESSIONAL ENGINEER
PRESIDENT: O.H.M.S.

*This document orginally pertained to the VI2500 Vortex, Wein Products, Inc.

Lien de la verison originale :

https://weinproducts.com/news/entry/dr.-gabor-lantos-introductory-letter-for-ionic-technology-reducing-risks-of-airborne-respiratory-pathogens-and-viruses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *